La cruche qui fuyait

flowers639

Quelque part en Inde, une porteuse d’eau avait deux grandes cruches suspendues aux extrêmités d’une barre de bois qu’elle portrait sur ses épaules.

Une des cruches avait une fissure, alors que l’autre était parfaite et ramenait toujours toute son eau jusqu’à la maison de la maîtresse au bout d’une longue route. La cruche qui fuyait n’en ramenait que la moitié.

Cela dura pendant deux ans. La porteuse d’eau chaque jour ramenait une cruche et demi d’eau à ses maîtres.

La cruche parfaite était fière de sa réussite, elle accomplissait à la perfection ce pour quoi elle était faite. Mais la pauvre cruche fissurée avait honte de son imperfection, et se sentait déprimée de ne pouvoir accomplir que la moitié de sa mission.

Après deux ans passés à se sentir incapable, elle se décida un beau jour à parler à la porteuse d’eau alors qu’elles étaient à la rivière: “j’ai honte de moi,  s’il te plaît, pardonne moi!”.

“Pourquoi?” demanda la porteuse “de quoi as-tu honte?”

“Je n’ai été capable ces deux derrières années de ne livrer que la moitié de ma cargaison à la maison car une fissure fait couler mon eau tout au long du chemin. A cause de mon défaut, tu dois faire tout ce travail et tu n’obtiens pas le fruit de tes efforts.

La porteuse d’eau était désolée pour la cruche fêlée et, pleine de compassion, dit: “Sur le chemin du retour, regarde au bord de la route et tu verras de magnifiques fleurs”.

En effet, comme elles montaient la route, la cruche fissurée vit de superbes fleurs le long du chemin.

Malgré la beauté des fleurs, elle se sentait toujours coupable de perdre la moitié de sa cargaison. Alors elle s’excusa à nouveau auprès de la porteuse.

La porteuse fit à la cruche, “Est-ce que tu as remarqué qu’il y avait des fleurs de ton côté du chemin et pas de l’autre?”

“C’est parce que j’ai toujours su que tu fuyais et j’en ai profité. J’ai planté des graines de fleurs de ton côté du chemin et chaque jour, lorsque nous revenions de la rivière tu les as arrosées.”

“Pendant deux ans, j’ai pu ramasser ces fleurs et décorer la table de ma maîtresse. Si tu n’avais pas été telle que tu es, il n’y aurait pas eu cette grâce et cette beauté dans cette maison.”

photo credit: UGArdener via photopin cc

Leave a reply